INCIPIT - juillet 2017  

 ”C’est la rencontre avec la nature Sauvage qui nous pousse à ne pas limiter nos conversations aux êtres humains, ni nos plus belles figures au parquet d’une salle de danse, à ne pas nous borner à entendre seulement la musique  des instruments créés par l’homme, à voir la beauté « enseignée », à éprouver des sensations permises, à enfermer notre esprit dans des limites connues et reconnues. […] Os par os, la Femme sauvage revient.”                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Clarissa Pinkola Estés

 

Cette série a été réalisée durant l’été 2017, lors de l’atelier de la 8ème Biennale Photographique en Condroz dont le thème était « Rêver ». 

Le Condroz est un territoire belge situé entre Namur et Liège. Il se compose de paysages ruraux jalonnés de prairies, colines, forêts, villages et villes épars.

L’espace qui m’a été offert pour ce workshop résidentiel m’a semblé idéal pour aborder le thème du Rêve par le biais des différents sujets qui habitent ma photographie : le territoire lié à l’identité, le féminin, le lien avec les êtres ”non humains” que sont les chevaux et la nature de manière plus large.

 

Le rêve est la part psychique de l’être humain qui se permet d’aller au-delà des frontières internes qu’il se connaît. Comme Clarissa Pinkola Estés nous le rappelle, c’est dans […] le domaine de l’aménagement psychique du territoire que la Femme Sauvage brille. Elle n’a pas peur du noir, elle voit dans l’obscurité. Dans les croyances anciennes, le cheval symbolisait, entre autres, l’être qui permettait les passages vers d’autres mondes : l’au-delà, le rêve ou encore dans le chamanisme, le monde  du ”dessous” avec les animaux de pouvoir.

La série proposée offre un voyage qui va au-delà des frontières physiques. Elle reflète le rapport que j’entretiens avec la nature Sauvage qui m’habite, le cheval représentant, ici, la nature sauvage animale. Elle reflète aussi le rapport entre le monde du visible et celui de l’invisible. Des espaces qui existent et que l’on peut voir à l’œil nu et d’autres qui n’apparaissent que lorsqu’on les cherche attentivement.

Les territoires, diurnes comme nocturnes, ainsi que les chevaux que j’ai eu l’occasion de photographier font partie de ces territoires que l’homme tente d’apprivoiser voire de dominer.

La nature sauvage visible dans cette série amène à penser et rêver la liberté d’Être. La part de notre animalité qui résiste à la domination et permet au Sauvage d’exister en nous.

 

”Incipit”, quant à lui, n’est pas un titre innocent. Ailleurs, il désigne les premiers mots d’un manuscrit ou d’un ouvrage. C’est pour moi une manière de signifier le début d’un nouveau pan dans mon travail photographique, une mise au travail avec un regard affirmé et déterminé.

 

© 2019  Mélanie Patris – Tous droits réservés — All rights reserved.                                                                                                                                                                   melaniepatris@hotmail.com

  • w-facebook
  • w-flickr
  • LinkedIn Social Icon
  • Black Facebook Icon
  • Instagram Social Icon
  • Flickr Social Icon