Get Into the Forest  

 

 

La lumière met à jour l’histoire de l’espace. Ou bien suis-je en train de l’inventer ? Lorsque je photographie, j'ai conscience que le réel se fixe sur la pellicule. En même temps, je me sais le réinventer. Les mondes du visible et de l’invisible se mélangent. Ils créent, alors, une nouvelle réalité. 

 

Cette série a vu le jour lors d’une résidence de création aux abattoirs de Bomel à Namur, au mois de mars 2017.

 

Un jour à la fin de l’hiver. La faune et la flore commencent à éclore. L’herbe verdit. Les premières feuilles sortent doucement. Les branches des grands arbres sont encore dénudées de toutes traces de renouveau. Je marche à travers cet endroit que je ne connais pas. J’erre sur les sentiers essayant de sentir ce qui émane du lieu. Je m’en imprègne.

 

La présence de la Forêt s’entrecroise avec celle, fantomatique, de l’être humain, et les traces qu’il y a laissées. L’homme est face à la nature. Il s’y imbrique. Parfois, il se confond avec la forêt, d'autres, s’en échappe plus nettement. 

Que reste-t-il de l’un et de l’autre lorsqu’ils se rencontrent ?  

 

La Belgique abonde de ces lieux anciens offrant leurs richesses premières : La pierre, les minéraux, le sable… Aujourd’hui, dépouillés de tout ce que l’homme avait à leur prendre, abandonnés, ils sont laissés à leur propre sort. L’espace, dénaturé, tente alors de reprendre corps et de faire avec ses vieilles cicatrices. Ces traces d’un passé parfois pas si lointain. Rapidement, la Terre se réapproprie les lieux. Arbres, arbrissaux, broussailles, herbes et eaux ont repris une place. Leur place. Autrement certainement. 

À certains endroits, la nature a reprit complètement le dessus. Là, la broussaille a tout envahit. Le sentier a disparu. Là encore des bambous émergent de ses eaux stagnantes. Ils sont morts aujourd’hui. Un coin de ciel fait jour entre les branches, y éclaire de sa lumière les recoins sombres. 

 

Pourtant, la présence de l’homme est encore palpable. Des traces, discrètes mais visibles, se laissent entrapercevoir. Un bout de métal émerge entre deux branchages, des constructions abandonnées longent certains abords de sentiers, des bâtiments éventrés laissent leurs histoires au paysage…

© 2019  Mélanie Patris – Tous droits réservés — All rights reserved.                                                                                                                                                                   melaniepatris@hotmail.com

  • w-facebook
  • w-flickr
  • LinkedIn Social Icon
  • Black Facebook Icon
  • Instagram Social Icon
  • Flickr Social Icon